Archives par mot-clé : treca

La literie de France dans tous ses états

Le 20 octobre dernier, le journal « Les Echos » annonçait l’entrée du groupe portugais Aquinos dans le capital de Cauval Industries propriétaire des marques de literie Dunlopillo, Simmons et Treca. Au terme d’une augmentation de capital, le lusitanien va injecter 25 millions d’euros dans une filiale commune qui reste à créer. Cet apport de fonds représente une véritable bouffée d’oxygène pour la trésorerie exsangue d’un des principaux fabricant français de literie et tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes si Cauval n’avait aussi indiqué :

A terme, Aquinos «  bénéficiera d’une option pour prendre l’entier contrôle du groupe » – Cauval

Cette annonce a aussitôt semé le trouble au sein du landerneau du meuble, et le gratin n’a pas tardé à agiter le spectre de la fine fleur de la literie française passant sous pavillon étranger. Nous allons essayer de comprendre les enjeux, présenter les protagonistes et tenter d’envisager l’issue d’une telle alliance. Continuer la lecture de La literie de France dans tous ses états

La literie française sauvée in extremis

J’aurais pu titrer cet article « Tragédie sur l’oreiller ». Il raconte un événement qui s’est produit au début du mois de mars dans le petit monde du mobilier français et qui a étonnamment fait peu de bruit dans les médias. Résumons les faits et je laisserai à chacun la possibilité de faire sa propre opinion.

L’épisode

Le 5 mars dernier, le groupe CAUVAL industries a échappé de peu à la faillite en signant, sous l’égide du ministère de l’économie et des finances, un accord secret avec le distributeur But. Cet accord met un terme à plusieurs mois de bataille entre les deux et va permettre au premier de redonner des couleurs à une trésorerie exsangue. Dit comme cela, ça ne fait pas lever les foules mais si je vous apprend que CAUVAL est le propriétaire de Dunlopillo, Simmons, TRECA, et que But est son deuxième client avec 25% des ventes, ce n’est plus pareil.
Continuer la lecture de La literie française sauvée in extremis